Résultats du concours de poésie « Ma langue française » pour les professeurs de français en Europe centrale et orientale

Accueil » Résultats du concours de poésie « Ma langue française » pour les professeurs de français en Europe centrale et orientale

 Dans le cadre de la célébration de la 1ère Journée internationale du professeur de français, le Bureau régional de l’OIF pour les pays d’Europe centrale et orientale a organisé un Concours de poésie, à destination des professeurs de français de la région, ayant pour thème « Ma langue française ». 

Ce concours visait à donner la parole aux enseignants pour qu’ils partagent de manière créative et littéraire leur lien avec la langue française, les raisons pour lesquelles ils l’ont apprise et pour lesquelles ils l’enseignent.

Le concours a été organisé du 16 octobre au 15 novembre 2019 et a enregistré un total de 187 participants issus de plusieurs pays de la région (Albanie, Arménie, Bulgarie, Chypre, Croatie, Georgie, Grèce, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Macédoine, Monténégro, Pologne, République de Moldavie, Roumanie, Serbie, Slovenie et Ukraine).

Le jury, composé de Svetlana CARSTEAN, auteure (Roumanie), Ion GUTU, Professeur à l’Université d’Etat de Moldavie, et Zornitza KITINSKA, traductrice littéraire (Bulgarie), a d’abord délibéré sur l’ensemble des poèmes, ce qui a abouti à une première sélection de dix-sept productions puis classé les dix lauréats.

Les résultats du concours ont été annoncés à Bucarest lors de la célébration de la journée internationale des profs de français le 28 novembre 2019, les prix sont : 

  • 1er prix : Voyage en Tunisie offert par l’OIF pour le XVème congrès mondial de la FIPF en 2020. Le lauréat sera également invité à Sofia pour les remises des prix le 9 décembre dans le cadre du Festival littéraire ;
  • 2ème prix : formation à Genève ;
  • 3ème prix : formation JEDA ;
  • 4ème au 10ème prix : livres, sacs à dos.

Liste des dix lauréats de ce concours :

 

NOM PRENOM

PAYS

TITRE DE LA POÉSIE

1.                   

SOLEA  BEATRICE ANDA

ROUMANIE

AILEZ-MOI!

2.                   

AVRAMOVIC MILOS

MONTÉNÉGRO

MA LANGUE DE MOLIÈRE

3.                   

GRIGORE ILEANA

ROUMANIE

BIOGRAPHIE

4.                   

BOGATU RODICA

RÉPUBLIQUE DE MOLDAVIE

ODE

5.                   

TOPALIDOU MAGDALINI

GRÈCE

IL Y A DES MOTS

6.                   

BURIC ELENA

ROUMANIE

BERCEUSE

7.                   

GRACKA-WESOLEK MALGORZATA

POLOGNE

MON FRANÇAIS AILÉ

8.                   

TASNADY ERIKA

ROUMANIE

MA LANGUE FRANÇAISE

9.                   

SRDANOVIĆ ALEKSANDRA

SERBIE

DANS LES CHAUSSURES DE MA TANTE

10.               

MILICA ŠĆEPANOVIĆ

MONTÉNÉGRO

UNE BOUTEILLE À LA MER

Ci-après les poésies des trois premiers lauréats :

SOLEA  BEATRICE ANDA, Roumanie, 1er prix

 

AILez-MOI !

 

Elle coule dans mes veines comme le soleil couchant

qui gribouille le ciel de ses vagues.

 Elle me chatouille.

 Je lui donne mon cœur, ma bouche et la moitié gauche de mon cerveau.

Mon âme l’embrasse avec la passion affolante d’un amant.

Elle s’entretient avec d’autres langues qui nagent dans ma tête en désordre.

 

Quand je la parle, elle se déchire en mille absences et tendances.

Elle joue sans cesse comme un orchestre.

Elle fait paraître et apparaître des sons-couleurs et non-couleurs

qui se prononcent et qui se taisent à contrecœur.

 

Son visage versatile se cache entre les lignes d’un beau texte aux résonnances latines.

Pourtant, ma belle se mélange souvent avec l’anglais qui, à l’écrit, lui ressemble à peu près.

 

Ma langue française se tisse en or : poèmes, chansons, paysages et odeurs.

Elle se balance doucement entre les civilisations, pour prendre enfin la forme

de mon cœur.

 

AVRAMOVIC MILOS, MONTÉNÉGRO, 2ème prix

Ma langue de Molière

 Les noms, mes apôtres que j’ai ramassés un par un et que je ramasse toujours, Vous avez offert à mon cœur avide de vous connaître les plus précieuses étrennes,

Vous m’avez permis de côtoyer Balzac et de fréquenter les boudoirs de sa Comédie humaine.

 

Les accents, les anges gardiens de chaque mot sur lequel vous veillez,

Vous êtes aussi le nimbe qui illumine mon esprit lors des moments graves et aigus,

Vous m’aviez donné à manger la madeleine de Proust après quoi j’ai retrouvé mon temps perdu.

 

Les verbes et les adverbes, les frères divins, vous qui vous tenez presque toujours par la main, Vous dirigez le gouvernail de ma vie qui suit avec ardeur les signes de votre fanal,

Vous m’accompagnez aux jardins de Baudelaire où je cueille sans trêve ses fleurs du mal.

 

Les adjectifs, les messagers fidèles posés à côté du trône de nos apôtres, Vous êtes le fil d’Ariane me guidant à travers les espaces qui me fascinent,

Vous êtes la source des pleurs que j’ai versés pour Phèdre et pour la tragédie de Racine.

 

Le dictionnaire, mon livre sacré qui ne caches pas ton trésor comme un Avare, Toi qui m’émerveilles au fil de tes pages dont mon âme est prisonnière, Merci de m’avoir appris à lire, à transmettre et à rêver en langue de Molière.

 

 GRIGORE ILEANA, ROUMANIE, 3ème prix

 

Biographie

 Au commencement c’était le grand vide, le doute régnait, la confiance venait à manquer

Tout à coup une vieille chanson brisa l’obscurité et me fit fondre en larmes :

de joie, d’émotion, de surprise, qui sait…

A cet instant précis, je sus : j’avais été élue. Et le français apparut dans ma vie.

Au début ce fut le bonheur, puis, un brin de peur de n’y pas arriver.

Mais petit à petit je commençai à être chez moi en français.

La langue française est devenue mon passe-temps, ma passion mon devoir, ma promesse,

mon espoir, mon miroir où j’appris à m’évader, pareil à Alice, au Pays des Merveilles.

 

Ma langue française a été mon professeur : de vie, musique, de poésie, mon maître à penser…

 

En français je suis quelqu’un,  je suis plusieurs : personnes, professions

tour à tour géographe, historienne, linguiste, poète, philosophe, 

conseillère, cuisinière, chanteuse, actrice, metteuse, en page, en scène, en ce qu’on veut…

Le français, c’est ma voie, mon chemin de beauté, du besoin de rêver, d’avancer...

Ma langue française, c’est l’endroit où je fuis l’ennui, l’absurde, le tracas de la vie

C’est l’amie qui me réconforte, la potion qui me rend forte, la chanson douce qui m’emporte.